Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?

Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

La mer avance, les politiques reculent ?

Notre ville n’est pas destinée à disparaître sous les eaux, elle n’est pas non plus l’occasion d’une simple « expérience intéressante »  comme avaient cru pouvoir en décider dans le dos des habitants et de façon très technocratique, la DIREN (direction régional de l’environnement), l’ancienne Smacopi, son toujours actuel directeur et son ex-président,  le député Bignon. Ce dernier, nommé tout récemment président du Conservatoire du littoral, toujours président du Groupe « chasse » à l’assemblée nationale, président, sans doute encore, de « Rivages de France » et vraisemblablement aussi de bien d’autres choses, omni présent dans la presse régionale, dans les réunions locales, ne montre aucun enthousiasme apparent à organiser la « protection des  habitants et le développement des communes côtières » de sa circonscription. Mieux, il pense aussi que les habitants des bas champs sont des « cobayes », sur lesquels on va pouvoir expérimenter de nouvelles formes de « gouvernances » et leur faire comprendre (eux qui ne comprennent rien !!) enfin, ce qui est bon pour eux et leur territoire ! On nous maintient dans le flou, l’incertitude, l’ignorance. Toutes les autorités concernées semblent se satisfaire de cette situation ; chacune rêvant sans doute et particulièrement l’état, de ne pas avoir, contrairement aux récents engagements de la commune, à prendre ses responsabilités. Qu’en est-il d’ailleurs, des engagements publics pris par la région, lors de la campagne des cantonales ? Alors, il n’y aurait  qu’à attendre que « la mer monte » ! Nous l’avons dit au maire et aux adjoints rencontrés : il faut changer de « braquet » dans cette affaire. tas de galet en vue des marées
Il faut organiser la mobilisation des populations, de toutes les populations de la baie de Somme, des élus, des associations concernés, sensibiliser les médias, bref faire de cette question une affaire qui dépasse largement les « frontières » des bas-champs.
La mer, elle, ne triche pas, n’attend pas. Elle nous a rappelé récemment, au boulevard de la mer comme sur la route blanche, la force de la menace qui pèse sur notre cité. Des solutions durables sont sans doute à inventer, enrochement, épis, dé-poldérisation partielle( ?) et concertée avec tous les acteurs concernés, développement d’infrastructures nouvelles, dans le cadre d’un grand projet de développement durable de cette partie Sud de la côte picarde, trop longtemps ignorée, voir méprisée. Elles  doivent venir compléter, après inventaire critique, celles déjà retenues. L’avenir ne se pense pas qu’en reproduisant ce qui a déjà été fait. Un patrimoine, ça se conserve, certes mais ça s’enrichit aussi. C’est ce qu’ont faits nos anciens.

Calendrier

« Octobre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031

Espace Membre

Actualités

Dernières modifications